E-mail vs site de collaboration

Bertrand Duperrin nous propose ici un billet sur le ROI de l’e-mail. Il y affirme notamment que:

 » (…) les bénéfices sont réels mais dans certains cas l’outil est à proscrire car générant une perte de temps telle qu’une bonne réunion ou conférence téléphonique le remplacerait avantageusement. On aurait fixé des règles d’utilisation similaires à celles qu’on doit fixer aujourd’hui pour les réseaux sociaux d’entreprise afin de délimiter le spectre d’utilisation d’un outil par rapport aux autres. L’e-mail aurait donc été réservé aux bons cas d’usages et il serait resté une certaine partie du besoin à combler ce qui paradoxalement aurait facilité l’arrivée de nouveaux outils adressant ces sujets spécifiques ».

Je ne vous demanderai pas si vous êtes, vous aussi, submergé par une avalanche quotidienne de courriels…

Le billet de Duperrin contient ce court vidéo qui illustre bien les délirants aller-retour qu’un courriel peut entraîner.

Si vous n’aviez pas encore envisagé l’implantation d’une application de collaboration dans votre organisation, ça pourrait vous en donner le goût.

Le ROI d’un tel site, me demanderez-vous ?

Le ROI peut avoir deux significations: Return On Investment ou Risk Of Inaction.

En matières d’application sociales, force est de convenir qu’il n’est pas toujours aisé de mesurer le retour sur l’investissement. Les métriques sont difficiles à établir. En revanche, il est parfois plus facile de cerner les conséquences possibles du statu quo.

Cela dit, Duperrin fait référence à un autre billet qu’il a publié en 2010, toujours d’actualité où il affirme qu' »Un réel progrès ne se perçoit pas seulement, il se mesure ».

Il y suggère ces trois niveaux pour mesurer l’effet de l’implantation d’une solution sociale/de collaboration:

  • Activité : est ce que l’outil est utilisé ?
  • Alignement : est il utilisé pour servir des buts business identifiés ?
  • Business : au final cela produit il un impact réel sur le fonctionnement et la performance de l’entreprise? On ne parle pas ici de ROI mais plutôt d’indicateurs simples.

« Cela ne signifie pas pour autant qu’il faut jeter l’argent par les fenêtres sans s’occuper du résultat. Pas de ROi traditionnel ne veut pas dire qu’on ne peut pas observer de la manière la plus objective et quantifiable possible si quelque chose a changé (et dans quel sens) ».

Le courriel est utile et on ne saurait s’en passer. Mais ça demeure un échange fermé entre individus. Souvent ni efficace, ni efficient.

Ça vaut peut-être la peine de se demander comment une plateforme de collaboration pourrait améliorer nos échanges, voire accroître notre performance – personnelle – d’équipe – organisationnelle ?

Chose certaine, il faut trouver une solution à ces déluges de courriels. Il m’est avis, cependant, qu’autant on peut s’en plaindre, autant ils se justifient dans une organisation qui fonctionne en silo. Pour envisager travailler autrement (au moins en partie) et vouloir établir des relations vivantes et productives entre employés, il faut briser les silos et travailler ensemble, de manière collaborative.

Là, et seulement là, on pourra envisager l’utilisation de plateformes de collaboration… et cerner rapidement le ROI d’une telle mise en place.

Les outils technologiques supportent la collaboration, ne la créent pas.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s