Conférence du RCMQ sur la collaboration

Mardi dernier se tenait une conférence/atelier sur la collaboration, organisée par le chapitre de Québec du Regroupement des conseillers en management du Québec (voir également sur LinkedIn). Près d’une quarantaine  de personnes se sont réunies pour partager avec Bénédicte Monroe leurs vues sur le sujet. Cette participation nous confirme l’intérêt de plusieurs pour la collaboration. Il faut le dire, le mot est à la mode, en particulier depuis l’arrivée du web 2.0, aussi appelé web collaboratif. 

Je retiens de cette rencontre quelques points que je vous partage. Ainsi, pour qu’il y ait collaboration au sein des organisations, ça prend:

  • Une volonté des gestionnaires de transformer les pratiques afin de « faire ensemble ». Valoriser le nous au lieu du je.
    • Ce qui suggère de revoir les modes d’évaluation de la performance pour inclure la contribution aux groupes de travail et prendre en compte que le rendement est désormais tributaire du ou des groupes auxquels l’employé contribue.
    • Ce qui suggère également l’établissement de buts communs clairs et stimulants, sans lesquels la collaboration ne peut survenir.
  • Une tolérance au risque, un droit à l’erreur.
  • Du temps: pour apprendre, développer ses habiletés, créer ses nouveaux repères.
  • Une ouverture, une transparence dans le partage de l’information.
  • Une aptitude personnelle à créer et nourrir des relations interpersonnelles soutenues, voire un altruisme affirmé.

Wordle_-_Create-2

Pour collaborer, une organisation doit briser ses silos, relier ses employés entre eux, permettre l’émergence et la manifestation des talents, pas seulement des compétences. Il s’agit de mettre en place une culture du collectif où l’on retrouve de plus en plus de gestionnaires de type facilitateurs et de moins en moins de gestionnaires de type « command and control ».

Dans un monde de plus en plus « réseauté » et ouvert, il faut promouvoir et déployer les applications (TI) qui viendront supporter la collaboration et donner un libre accès aux réseaux externes et aux ressources du web. Entendu que l’outil ne crée pas la collaboration, mais lui offre des espaces et des moyens de s’exprimer.

En complément, je vous suggère la lecture de ce billet d’Harold Jarche (et tant qu’à y être, profitez-en pour explorer son excellent blogue).

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s