S’organiser et s’équiper pour se transformer

Le titre de ce billet est en fait celui de la septième édition annuelle de l’étude du cabinet Français Lecko sur « L’état de l’art des réseaux sociaux d’entreprises ». Cette étude est disponible gratuitement depuis le 29 janvier dernier. Il s’agit d’en faire la demande en complétant le formulaire en ligne disponible ici.

Je ne saurais trop vous recommander sa lecture. Certes, il y a cette analyse comparée de 30 solutions du marché qui intéressera ceux qui songent à implanter dans leur organisation une telle application. Mais plus important encore sont les trois premières sections de l’étude qui portent sur:

  1. La collaboration comme pivot de la transformation numérique
  2. S’organiser pour se transformer
  3. Bâtir une offre collaborative

Une lecture attentive de ces trois chapitres s’avère riche en éclairages et réflexions, soutenues par un benchmark des pratiques d’animation auquel « 92 community managers (dont 22 de filiales internationales) ont répondu ».

Etude_Lecko_RSE_tome7_v1_100129_pdf

Il faut bien le dire, en matière d’approches collaboratives et de déploiement d’applications de support à de telles pratiques, nous sommes sérieusement en retard au Québec, si on se compare avec le Royaume-Uni ou la France, pour ne nommer que ces deux pays.

Je vous réfère, pour nourrir votre réflexion à ce sujet,  à ce billet publié récemment par Claude Malaison sur son blogueQuel sera l’avenir des entreprises québécoises en 2020? Cinq ans, ce n’est pas si long…

Pour en revenir à l’étude de Lecko, je vous propose ces extraits en guise d’apéritif:

Ne pas se tromper d’enjeu : la transformation numérique vise à faire face aux évolutions engendrées par l’ère numérique. Il ne s’agit pas tant de « numériser » son offre mais de se transformer en profondeur pour se ré-inventer et être capable d’adapter son organisation.

Changer sa culture et son organisation pour se donner les moyens de changer

Il faut rendre chacun en mesure de :

  • se remettre en cause, accepter l’idée de faire autrement demain et de devoir changer
  • être impliqué dans ces changements, comprendre dans son domaine ce qui évolue
  • réfléchir comment les évolutions créent des opportunités de mieux faire
  • permettre l’action pour tester, éprouver et développer ses initiatives

Les modes d’organisation en réseau s’imposent comme le levier de cette transformation et comme une composante des organisations cibles. Il ne s’agit pas de se transformer vers un état B, mais de se mettre durablement en mouvement.

  • Apprendre (autour d’un processus, veille, partage de pratiques)
  • Améliorer (traiter les irritants)
  • Mobiliser face à une problématique
  • S’adapter à l’environnement (sur-information et multiplicité des contacts)

L’organisation réticulaire vient s’ajouter aux organisations hiérarchiques existantes. L’objectif est de permettre aux plus motivés de s’investir au sein d’initiatives, qui pourront être ensuite intégrées dans l’entreprise ensuite.

Transformation interne : rendre l’entreprise agile et améliorer l’efficacité de son fonctionnement dans la nouvelle économie des savoirs et un écosystème en réseau.

Il s’agit d’abord de la rendre apprenante de manière plus efficace et réactive que jusqu’à alors.

Ensuite, il s’agit d’adapter les organisations encore très marquées par des silos afin d’adopter des modes d’organisation en réseau, plus collaboratifs.

Pour terminer, il s’agit de tirer partie de cette mise en réseau pour mobiliser l’intelligence collective au quotidien pour traiter des incidents, résoudre des irritants ou développer des initiatives qui pourront être les innovations de demain.

Le RSE, plateforme d’expression des usages émergents et catalyseur d’une évolution culturelle

L’organisation collaborative et sociale s’exprime sur les RSE. Le RSE devient le révélateur des synergies, des interactions entre les collaborateurs. Grâce à la plateforme, les plus impliqués peuvent prendre plus d’initiatives, fédérer autour d’eux des collaborateurs pour inventer et proposer des solutions aux irritants du quotidien jusqu’au futurs produits et services de l’entreprise.

La collaboration est une culture (pas une méthodologie) cela ne s’apprend pas, cela s’expérimente.

 Un mot en terminant sur l’analyse des 30 solutions. Les grilles d’analyse bâties par Lecko sont un modèle dans le genre. À elles seules elles valent le détour. Les organisations en quête de solutions de cette nature y trouveront des critères d’analyse d’une grande pertinence.

Certes, plusieurs solutions analysées sont peu ou pas présente de ce côté-ci de l’Atlantique. On y trouvera néanmoins quelques joueurs connus comme Confluence, Google Aps, IBM, Liferay, Office 365+Yammer et XWiki.

Cliquez ici pour demander votre exemplaire de l’étude.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s