Les paradoxes de la société du savoir

Il ne fait plus aucun doute maintenant que nous sommes entrés dans l’ère de la société du savoir. En l’espace d’à peine 20 ans, Internet a bouleversé de manière profonde l’humanité toute entière et nous commençons à peine à en comprendre les différents impacts.

À mon avis, il reste encore un pas important à accomplir dans cette nouvelle ère. En effet, si nous bénéficions à chaque jour des bienfaits de cet accès facile à l’information, nous avons encore beaucoup de difficulté à en reconnaître la vraie valeur.

Bien que nous soyons enclins à dépenser pour le matériel donnant accès à Internet (téléphone, tablette, connexion Internet, etc.), nous sommes encore très réticents à mettre le même montant sur le contenu que l’on consomme. Pourtant, à quoi servent ces appareils sans contenus

Internet, en démocratisant la diffusion de contenu, a offert au monde le moyen de partager son savoir sur une base volontaire. Cette notion de partage est au coeur de la révolution d’Internet, avec des initiatives comme Wikipédia, la culture du logiciel libre ou encore l’engouement pour les médias sociaux.

La valeur des contenus est incomprise

Cette culture a cependant créé des effets pervers. Tout d’abord, elle laisse croire que toutes les informations ont la même valeur.

Par exemple, n’importe quel blogueur peut colporter des rumeurs sans fondement, avec sensiblement la même crédibilité d’un journaliste établi qui prend un soin jaloux de valider ses sources.

Un autre exemple est la culture du piratage de contenu, que ce soit des photos, de la musique, des films ou des logiciels. On oublie que les créateurs de ces contenus ont mis du temps, des efforts pour produire ces contenus et qu’ils les partagent sur le Web pour se faire connaître, pas nécessairement pour donner le fruit de leurs créations.

Certains diront (surtout dans le cas de la musique ou des films) que les studios sont déjà assis sur des fortunes et qu’ils n’ont pas besoin de notre argent. C’est paradoxal d’affirmer cela tout en donnant des centaines de dollars à Apple, à Samsung et aux autres Bell de ce monde, non ?

Reconnaître la valeur des contenus que nous consommons.

Premièrement, pouvoir faire la différence entre un contenu donné et un contenu partagé. Par exemple, si je publie une vidéo qui explique comment faire la tarte au sucre de ma mère, vous êtes libre d’essayer la recette à la maison, je n’attends pas de royauté de votre part. Par contre, lorsque je publie une photo sur Flick’r ou 500px, je la partage. Vous pouvez admirer la photo, mais vous n’avez pas la permission de copier ma photo pour décorer votre salon ou votre présentation PowerPoint.

Pour faire face au piratage, le milieu de la musique est en train de passer du contenu partagé au contenu donné. Alors que dans les années 80 et 90, les artistes tiraient l’essentiel de leurs revenus sur la vente d’albums, les chansons servent maintenant à mousser les concerts, dont le prix des billets a explosé dans les dernières années.

La location par abonnement est également de plus en plus populaire, que ce soit NetFlix pour les films, Spotify pour la musique ou Adobe Creative Cloud et Office365 pour les logiciels. La facture, plus modeste, rend ces produits plus attirants pour plusieurs utilisateurs.

Deuxièmement, il faut trouver normal de payer pour un contenu de qualité. À mon avis, pour chaque dollar dépensé en équipement, nous devrions être prêts à payer deux dollars pour du contenu. Par contenu, j’inclus une licence pour un logiciel, l’achat ou l’abonnement à un service d’accès à de la musique, aux films, aux photos, aux livres et bien d’autres.

En encourageant les producteurs de contenus, on s’assure de créer un écosystème en santé en motivant les créateurs à poursuivre leur mission.

 

 

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s