Gens des TI, soulevez-vous! (2e partie) : rêvons un peu

Ce billet est la suite de Gens des TI, soulevez-vous!. Suite à mon constat sur le manque d’évolution des outils bureautiques, je me suis demandé quel serait mon environnement de travail idéal, en terme d’outils technologiques.

Voici ma liste de souhaits pour les prochaines années :

Plus de pixels!

Homme devant un schéma d'idées

Je dois souvent traiter des volumes importants de contenus. Ce n’est pas rare d’avoir à travailler avec un « mindmap » (pensez à un organigramme dans Visio) de plus de 1000 éléments!

Croyez-moi, même les écrans HD présentement sur le marché sont bien trop petits pour mes besoins.

Récemment, j’ai également eu à produire un fichier Excel qui, une fois imprimé, faisait environs 1×2 mètres! Comment voulez-vous travailler efficacement un fichier de cette taille sur un moniteur de 55x35cm? Je ne voyais qu’environ 20% du fichier à la fois.

Il faut repenser la manière de travailler à l’écran. Avec une surface, disons de 1 mètre carré, le modèle clavier / souris devra être repensé, et le tactile doit être intégré selon de nouveaux paradigmes.

L’intranet mobile

Je ne devrais jamais recevoir une convocation par courriel. Tous les événements de l’entreprise, comme les comités, les formations et les 5 à 7 devraient être accessible à partir de l’application de calendrier de mon téléphone intelligent.

De plus, ma liste de contacts devrait être synchronisé avec la liste des employés automatiquement. Quand j’ai besoin de joindre un collègue rapidement, je ne devrais pas avoir à tenter d’accéder à l’intranet corporatif, l’accès doit être transparent.

Tant qu’à y être, les rappels de la direction pour les feuilles de temps devraient être envoyés via une notification ou un texto dans mon téléphone. Finis les courriels qui ont une durée de vie de 15 secondes et qui encombre ma boîte de réception!

« Bring your own profile »

Une tablette lance une série d'idéesJe fais du service conseil et j’ai souvent à travailler avec les équipes internes. Or à chaque nouveau mandat, le client me crée une adresse de courriel, m’assigne un téléphone et une boîte vocale. Je n’en veux plus! J’ai déjà une adresse de courriel et un téléphone portable, cela devrait être transparent pour moi.

Il n’y a qu’à intégrer mes coordonnés dans le bottin d’entreprise. Encore une fois, l’idée est que mon téléphone portable est mon point de contact principal. Que ce soit par courriel, texto ou téléphone, tout devrait être centré sur un seul appareil.

Des données mobiles

Quand vous avez une présentation à faire, c’est l’enfer! Il faut emprunter un ordinateur portable et un projecteur, brancher le tout, incluant le fil réseau, en priant que personne ne va trébucher là-dedans pendant la réunion. Ensuite il faut se connecter sur un poste qui ne possède pas les mêmes applications que votre poste de travail, sinon il faut se connecter à une VM. Quel bordel!

Il est grand temps que les organisations mettent en place :

  • Des réseaux WiFi fiable qui donnent accès aux systèmes internes.
  • Quelque chose qui ressemble aux tableaux interactifs dans les écoles, avec des résolutions d’écran minimalement HD.

Moins de puissance, plus de vitesse

Metalogique me permet déjà d’accéder à l’intranet à distance et le WiFi est disponible au bureau. Quand j’ai à travailler au bureau, je travaille habituellement avec mon « vieux » iPad de 2012, accompagné du clavier Bluetooth d’un iMac. Je ne ferais pas de grands dossiers d’architecture avec cela mais je suis surpris de l’autonomie que j’ai réussi à avoir avec une si « modeste » machine.

Ça m’a fait réalisé que j’ai rarement besoin d’un processeur dernier cri, ni d’une tonne de RAM, sauf pour des besoins très spécifique. Le maillon faible présentement de la plupart des ordinateurs de bureau, c’est les disques durs rotatifs. En 2015, l’OS et les applications ne devraient plus jamais être sur des disques durs conventionnels. On perd plusieurs minutes de productivité par jour à attendre que ces applications ouvrent, ça devrait être instantané, un peu à l’image des tablettes.

En attendant

Cette vidéo de Corning fut très inspirante dans ma réflexion.


Ultimement, j’avoue que je serais bien heureux de travailler avec l’interface Jarvis de Tony Stark!

Partagez-moi votre vision d’un environnement de travail idéal, je suis curieux de vous lire.

Advertisements

Développement SharePoint… sur Amazon!?!

Les solutions pour mettre en place des environnements de développement SharePoint sont multiples. Avec quelques collègues, nous avons récemment réfléchi pour trouver une solution abordable et flexible. Voici quelques critères que nous avons identifiés :

  • permet d’avoir autant d’environnements SharePoint que nécessaire;
  • permet d’avoir accès à un domaine central (pas attaché à l’une ou l’autre des machines de développement);
  • avoir un coût mensuel raisonnable;
  • ne nécessite pas l’installation de serveurs physiques;
  • est performante;
  • disponible partout;
  • ne nécessitant pas d’avoir une machine physique très performante (et très lourde dans le cas d’un portable).

Après avoir analysé les diverses pistes de solution, Metalogique a décidé d’opter pour une infrastructure dans le cloud basée sur l’offre d’Amazon. Dans un premier temps, nous avons mis en place un VPC permettant d’avoir un réseau privé dans le cloud d’Amazon et de permettre la communication entre les diverses machines par leur interface réseau privé. Ensuite j’ai fait l’installation d’un contrôleur de domaine et d’un serveur TFS en utilisant des instances EC2 de petite taille. Ces deux serveurs roulent 24/7 et sont suffisamment performants pour notre équipe d’une dizaine de développeurs.

Ensuite, chaque développeur peut gérer sa (ou ses) machine de développement SharePoint. La configuration initiale de celle-ci est entièrement scriptée et prend moins d’une heure. On utilise des instances r3.large (6.5 ECU, 15GB ram) qui sont très performantes et relativement économiques (0.30$ / h incluant Windows et SQL Express). Il est aussi très facile d’augmenter la capacité d’une instance dans le cas où cela serait nécessaire.

Un seul problème avec cette solution. Si les machines de développement roulent 24/7, on paie entre trois et quatre fois trop cher car les employés ne les utilisent que 7-8h par jour. À moins de donner l’accès à tous les employés à la console de gestion Amazon (avec tous les droits sur le compte), il est impossible pour un développeur d’arrêter ou de démarrer son instance à la demande.

Encore une fois, la solution est assez simple. J’ai développé une application web MVC .NET utilisant le SDK AWS .NET afin de se connecter au compte AWS de Metalogique et de présenter au développeur uniquement les machines lui étant assignées (en utilisant les tags). Le développeur n’a qu’à se connecter à l’application MVC, et démarrer ou arrêter sa machine au début ou à la fin de sa journée de travail.

Il serait également possible d’automatiser le démarrage ou la fermeture des instances selon un horaire prédéfini, mais la solution actuelle convient à nos besoins pour le moment.

Depuis l’implantation, la solution fonctionne très bien. La performance est intéressante, on peut se connecter en RDP aux machines de n’importe où, le coût est accessible à une PME, pas besoin de faire l’entretien de serveurs physiques, plus besoin de trainer un portable de 15lbs (vive les ultrabooks) et ça peut fonctionner avec d’autres applications (j’ai récemment créé une instance Linux pour un collègue en mandat).

Je vous invite à me contacter si vous avez des questions ou des commentaires. Si l’intérêt est là, je ferai un autre billet sur les aspects plus techniques de la configuration.

Apple sortirait son nouvel iPad le 22 octobre

Le site Lesaffaires.com nous apprend ce matin (9 octobre) que le iPad nouveau devrait être présenté (ou disponible?) le 22 octobre.

Confirmation sur le site de MacQuébec, de MacLife et MacWorld.fr.

Voilà qui devrait réjouir les aficionados de la marque.

Et tiens, pourquoi pas transformer votre prochain iPad en portable avec l’étui-clavier Ultimate de Belkin, tel que nous le propose François Charron sur son blogue !

MaJ: Vincent Abry nous propose ici des images du prochain iPad.