Et si on utilisait la recherche… pour plus.

Les fonctionnalités de recherche sont une partie intégrante de SharePoint depuis plusieurs versions. Les outils étaient présents dans MOSS 2007 et on pouvait déjà les étendre en y ajoutant Microsoft Search Server 2008. L’intégration de la recherche d’entreprise dans SharePoint 2010 et la possibilité d’y ajouter les capacités de FAST ont encore fait progresser les capacités. Finalement, la venue de SharePoint 2013 intégrant directement les aspects de FAST, les «display templates» et bien d’autres fonctionnalités permettent maintenant à la plateforme d’offrir aux usagers et aux administrateurs des capacités de repérage des actifs informationnels très évoluées. Mais est ce que la recherche doit nécessairement se limiter au traditionnel processus de saisie de mots clés afin d’obtenir une liste de résultats? La réponse est non et voici quelques exemples.

Annuaire d’entreprise

Faire plus avec la recherche
L’annuaire d’entreprise est une fonctionnalité qui peut être mise en place aisément dans SharePoint 2013 et qui offre une valeur d’affaire incroyable à l’organisation. Le processus est simple, utiliser l’application des profils usagers de SharePoint pour synchroniser les données à partir de Active Directory (ou d’autres sources) et le service de recherche afin de permettre de repérer très rapidement l’information. Le centre de recherche d’entreprise offre, à la base, la recherche de personnes. Il n’y a cependant aucune obligation de se limiter à l’affichage de type «résultats de recherche» par défaut. À l’aide des «display templates» intégrés à la recherche SharePoint 2013, il est très simple de modifier le rendu final pour l’afficher, par exemple, en format tabulaire, y inclure des données supplémentaires et pour permettre à l’usager de trier les résultats selon les propriétés qu’il juge pertinentes.

Le CSWP et l’affichage dynamique du contenu

Aussi, SharePoint 2013 introduit une nouvelle fonctionnalité pour les utilisateurs, le «Content search web part» (CSWP). Les capacités de ce contrôle sont immenses. En effet, en utilisant uniquement quelques modifications «front-end» pour ajuster le visuel (sans aucun code serveur), vous êtes en mesure de présenter l’ensemble des données présentes dans votre infrastructure SharePoint de la façon que vous désirez. C’est une capacité qui était présente, avec plusieurs limitations, dans les sites de publication SharePoint depuis la version 2007 grâce au «Content query web part» (CQWP). Le CSWP résout les deux lacunes principales de son prédécesseur, c’est à dire que le CQWP peut obtenir uniquement les données dans la collection de sites courante et que la personnalisation de l’aspect présentation est complexe et doit se faire en XSLT.

Faire plus avec la recherche 2Le CSWP, comme son nom l’indique, utilise les résultats d’une requête de recherche paramétrable, afin de présenter l’information pertinente (et contextuelle) à l’usager. La requête peut accéder une multitude de sources d’informations incluant tous les sites SharePoint, d’autres sites web (externes à SharePoint), des fichiers sur un partage, des données provenant d’un système de mission et bien d’autres. L’aspect visuel du CSWP est géré à travers les «display templates», donc en HTML et Javascript. Cette portion est donc beaucoup plus simple que la façon traditionnelle en XSLT.

En utilisant le CSWP, il est maintenant possible de construire un site portail, regroupant l’information de plusieurs sources (les actualités, annonces du club social, les anniversaires, les offres d’emploi, les éléments consultés fréquemment, etc.) en exploitant uniquement la recherche, les «display templates» et en éliminant presque 100% du développement traditionnel (.NET). Cette façon de faire permet de diminuer grandement le temps de développement, la complexité de gestion du code source ainsi que les efforts nécessaires pour l’entretien du site à travers le temps.

Intelligence d’affaire et tableaux de bord

Parallèlement, quand on parle d’intelligence d’affaire, on imagine souvent des plateformes complexes permettant de faire du «BI» à l’échelle des grandes organisations. Des solutions de «BI» d’une envergure plus modeste peuvent cependant être d’une grande valeur pour de plus petites entreprises (et même les plus grandes). Encore une fois, les fonctionnalités de recherche de la plateforme SharePoint 2013 peuvent répondre à ce type de besoins.

Lors d’un mandat, un partenaire désirait mettre en place une série de sites de projets basée sur un modèle standardisé. Chaque site devait comprendre un certain nombre d’informations sur l’état d’avancement du projet et celles-ci étaient présentées à l’équipe lors de la consultation page principale du site. En parallèle, l’équipe de direction souhaitait avoir une vision globale leur permettant de repérer rapidement les problèmes lorsqu’un projet présentait des signes de difficulté ou de retard. La proposition retenue afin de combler le besoin de la direction s’est donc appuyée sur les composantes de recherche, spécifiquement le CSWP, afin d’exécuter des requêtes précises sur les métriques de chaque projet et de présenter cette information sous forme de tableaux de bord (visuel et graphiques réalisés à l’aide de «display templates») dans un site réservé à la direction. La mise en place de ce type de solution est très rapide, exploite l’actif SharePoint déjà présent dans l’organisation et ne nécessite pas l’acquisition et l’implantation de solutions de «BI» coûteuses.

En résumé, la recherche de SharePoint est beaucoup plus qu’un simple champ texte et un résultat de recherche. Avec les améliorations à la plateforme (principalement dans la version 2013), la recherche de SharePoint est réellement un outil d’entreprise de grande valeur qui vous permet de regrouper l’information, extraire les éléments pertinents et les présenter comme vous le désirez sans nécessiter de développements complexes.

 

Advertisements

Deux autres moteurs de recherche qui protègent votre vie privée

Dans un précédent billet, j’ai présenté le moteur de recherche DuckDuckGo, un méta-moteur en fait, qui nous propose de « nous échapper de la bulle filtrante de notre moteur de recherche ».

Il n’est pas le seul à avoir cette prétention. Je pense ici à Ixquick dont je tire ce qui suit de leur site web:

Ixquick Protège Votre Vie Privée!

Ixquick ne collecte ni ne partage AUCUNE donnée personnelle ! Nada. Zilch. Rien.

Ixquick est le leader dans son secteur en matière de confidentialité.

  • Pas d’enregistrement des adresses des utilisateurs d’IP.
  • Pas de fichiers témoins d’identification.
  • Pas de recueil d’informations personnelles.
  • Pas de communication d’informations personnelles à des tierces parties.
  • Offre de connexions sûres, encodées (HTTPS/SSL)

Ixquick

Ixquick est le moteur de recherche le plus puissant au monde qui utilise la technologie de méta-recherche la plus avancée.

Les résultats de recherche d’Ixquick sont plus complets et plus précis. Les fonctionnalités uniques d’Ixquick comprennent une recherche approfondie universelle, une recherche internationale et un filtrage efficace.

Des résultats de recherche plus étendus

Quand vous effectuez une recherche avec le moteur Ixquick, ce sont en réalité de nombreux moteurs de recherche populaires que vous utilisez simultanément et anonymement. Ensemble, ces moteurs couvrent beaucoup plus de sites Internet que n’importe quel moteur de recherche.

Selon ce qu’il m’a été donné de lire, Ixquick donnerait des résultats de recherches plus complets que DuckDuckGo sur les sources de langue française. En fait, ma petite expérimentation me ferait plutôt dire qu’Ixquick recherche d’abord des sources qui se situent en France.

D’où l’intérêt de ce jumeau d’Ixquick, Startpage. Tiré de leur site:

Les résultats de vos recherches, effectuées en toute confidentialité par Google, s’affichent sur la page Startpage.

Lorsque vous lancez une recherche avec Startpage, nous supprimons toutes les données d’identification de votre requête avant de la soumettre à Google de manière anonyme. Lorsque nous recevons les résultats, nous vous les transmettons de façon confidentielle.

Startpage

Votre adresse IP n’est pas enregistrée, votre visite n’est pas consignée, et aucun cookie de suivi n’est installé dans votre navigateur. Startpage ne prend pas à la légère la protection de votre vie privée sur Internet. La rigueur de notre politique de confidentialité et notre ingéniosité technique permettent d’obtenir des résultats efficaces dans l’anonymat le plus total.

Paramètres clés:

  • Navigation gratuite par un serveur mandataire.
  • Des experts en matière de respect de la vie privée du monde entier font l’éloge d’Ixquick
  • Une compagnie de quatorze ans d’expérience.
  • Certification par des tiers.
  • Les adresses IP ne sont jamais enregistrées.
  • Aucun dossier n’est constitué sur vos recherches.
  • Aucune donnée d’identification n’est utilisée, aucun cookie de suivi n’est jamais installé.
  • La connexion est cryptée par un puissant code SSL
Alors voilà, vous avez maintenant le choix: soit les classiques Google et Bing, soit ces méta-moteurs protecteurs de votre vie privée que sont DuckDuckGo, Ixquick et Startpage.

Une alternative à Google: DuckDuckGo

Je suis un grand utilisateur des applications proposées par Google. J’utilise leur moteur de recherche à chaque jour, j’ai une adresse personnelle sur Gmail, j’utilise l’Agenda, la traduction, Maps, Drive et le fureteur Chrome. Autant sur mon portable que sur ma tablette et mon téléphone.

Chrome offre une foule d’extensions intéressantes. Parmi elles, OneTab et Bookolio que j’ai découverts dans ce billet. Au sujet de Bookolio, comme il est mentionné dans le billet en question, « (…) c’est un ensemble de choses bien pratiques qui vont s’afficher sur la page nouvel onglet de Chrome. Vous avez par exemple tous vos favoris affichés en liste, vous avez aussi la possibilité d’effectuer rapidement une recherche sur l’un des 21 moteurs les plus utilisés et disponibles, tout cela, sans bouger de la page nouvel onglet. C’est incroyablement pratique et bien pensé, ça donne l’impression de pouvoir tout faire d’un seul et unique endroit. »

Vingt-et-un moteurs de recherche ! Vous pensez bien que j’en ai essayé quelques uns, dont DuckDuckGo dont j’avais le vague souvenir d’avoir lu un jour un truc à son sujet. Pour vous présenter ce moteur de recherche, je tire ces deux extraits de Wikipedia:

Les éditeurs de DuckDuckGo affirment que la tendance des principaux moteurs de recherche à personnaliser les résultats de recherche limite l’ensemble des informations auxquelles chaque utilisateur a accès à une bulle, par opposition au Web tout entier et, ainsi, dégrade son expérience du Web et attente à sa liberté d’y accéder, aussi sûrement qu’un filtre. DuckDuckGo a donc pour fonctionnalité de proposer les mêmes résultats d’un utilisateur à l’autre.

DuckDuckGo se place en défenseur de la vie privée sur le Web. Le site affirme ne pas enregistrer les requêtes effectuées et ne permettrait pas à d’autres sites de le faire, s’opposant ainsi au tracking. Il favorise aussi l’utilisation d’HTTPS sur les sites vers lesquels il renvoie.

DuckDuckGo

Au sujet de cette bulle dans laquelle nous enferme Google et d’autres moteurs de recherche, je vous suggère le visionnement (9 minutes) de cette conférence TED donnée par Eli Pariser. Si le temps vous manque, consultez cette page produite par DuckDuckGo.

Je résume: Google prend en compte vos habitudes, vos clics, votre localisation et autres données pour traiter chacune de vos requêtes. Deux personnes qui saisissent le même mot dans Google n’obtiendront pas exactement les mêmes résultats. C’est à la fois intéressant et inquiétant.

Intéressant parce que la méthode me propose des résultats personnalisés qui se raffinent au fil du temps. Inquiétant parce que ça signifie que je suis sous surveillance et que je n’ai aucun contrôle sur les données qu’on recueille sur moi et l’usage qui en est fait ultérieurement. Inquiétant aussi parce que les résultats d’une recherche me privent de contenus pertinents mais non conformes à mon profil d’utilisateur selon Google. La pertinence s’établit non pas sur la qualité d’une source mais plutôt sur son adéquation avec ce qui me caractérise individuellement, suivant les données de navigation recueillies. Du bon et du moins bon, donc.

Est-ce que j’abandonne le moteur de recherche de Google, me demandez-vous ? Sûrement pas. J’utilise maintenant DuckDuckGo lorsque je fais une recherche sur un sujet donné, sachant que ce moteur m’apportera des résultats plus « neutre » et différents, au moins en partie, de ceux de Google.  Mais quand il s’agit de rechercher l’adresse d’un commerce ou le site d’une organisation, Google fait amplement l’affaire.

Enfin, si vous êtes préoccupés par toutes ces applications qui nous espionnent en arrière-plan, DuckDuckGo propose également quelques extensions développées par d’autres éditeurs, à ajouter à son navigateur pour limiter ces usages non souhaités. À vous de voir.